Blue Note

Ornette Coleman - Round Trip - Coffret 6LP

218,99€
Le 28 janvier, Blue Note Records sortira Round Trip : Ornette Coleman On Blue Note, le premier coffret jamais publié dans le cadre de la série de rééditions de vinyles audiophiles Tone Poet. Le coffret de 6 vinyles présente des éditions vinyles Tone Poet 180g entièrement analogiques des six albums Blue Note sur lesquels le saxophoniste et compositeur iconoclaste a joué à la fin des années 60, y compris ses cinq albums en tant que leader - les deux volumes At The 'Golden Circle' Stockholm (1965), The Empty Foxhole (1966), New York Is Now ! (1968), et Love Call (1968)-ainsi que son unique apparition en tant que sideman sur New And Old Gospel (1967) par le saxophoniste Jackie McLean.

Round Trip a été produit par Joe Harley avec un vinyle masterisé par Kevin Gray de Cohearant Audio directement à partir des bandes originales analogiques. Les vinyles sont fabriqués par Record Technology Incorporated (RTI) et emballés dans des pochettes deluxe Stoughton Printing "Old Style" Tip-On Jackets, dans un coffret à couverture rigide. L'ensemble comprend également un livret contenant des photos rares et un essai éclairant du critique Thomas Conrad.

Coleman a secoué le monde du jazz lorsqu'il est arrivé au Five Spot Café à New York en 1959 et a commencé sa série d'albums phares sur Atlantic qui ont jeté les bases du mouvement free jazz à venir. Après une période de désillusion au cours de laquelle il s'est retiré de la vie musicale publique, Coleman est réapparu sur Blue Note en 1966 et a commencé à écrire un nouveau chapitre intriguant de sa carrière légendaire.

"Je suis un fanatique d'Ornette Coleman depuis la fin des années 60, en fait depuis l'époque où les disques de ce coffret ont été enregistrés pour Blue Note", déclare Harley. "Il s'avère que Don Was est un aussi grand fan d'Ornette que moi, et ce n'était donc qu'une question de temps avant que nous ne mettions nos têtes ensemble pour planifier ce coffret. J'adore les premiers enregistrements d'Ornette pour Atlantic... qui ne les aime pas ? Mais je pense que les enregistrements ultérieurs d'Ornette pour Blue Note sont tout aussi vitaux et importants pour mieux comprendre son évolution musicale."

"Il est vrai que le plus fracassant de ses gémissements pouvait réveiller les morts proverbiaux", écrit Conrad dans son essai. "Mais quelque chose s'est produit dans le ton de Coleman pendant qu'il bûchait ces deux années. Dans le Cercle d'or, il est toujours aussi pénétrant, mais plus pur. Ses cris sont encore plus vocaux, plus humains. Sa maîtrise des microtons lui offre de nouvelles ressources d'expression. Il peut maintenant faire sonner la même note de façon extatique ou désespérée, ou n'importe où entre les deux, grâce à la nuance microtonale."


At The ‘Golden Circle’ Stockholm, Vol. 1 (1965)

At The ‘Golden Circle’ Stockholm, Vol. 2 (1965)

Fin 1965, Coleman entreprend sa première tournée en Europe avec un nouveau trio comprenant David Izenzon à la basse et Charles Moffett à la batterie. Deux nuits de la tournée de deux semaines du trio au Golden Circle (Gyllene Cirkeln) de Stockholm, en Suède, sont enregistrées et publiées en deux volumes l'année suivante. Les concerts en roue libre sont électrisants et le saxophoniste se lance dans des explorations sonores au violon et à la trompette. 

The Empty Foxhole (1966)

Le premier enregistrement studio de Coleman pour Blue Note était son premier album studio en quatre ans et il a une fois de plus déconcerté les attentes en choisissant son fils Denardo Coleman, âgé de 10 ans, pour jouer de la batterie sur cette date aux côtés du bassiste Charlie Haden. La musique est brute et exploratoire, avec des ruminations solennelles et des éclats de joie débridée. La couverture de l'album est frappante, avec une peinture d'Ornette lui-même.

 New And Old Gospel (1967)

La prochaine apparition de Coleman sur un album Blue Note se fait dans un rare rôle de sideman sur cette session explosive dirigée par le saxophoniste alto Jackie McLean. McLean s'était déjà aventuré dans l'avant-garde sur des albums précédents de Blue Note comme One Step Beyond et Destination... Out ! mais il est allé encore plus loin ici avec Coleman à la trompette, LaMont Johnson au piano, Scott Holt à la basse et Billy Higgins à la batterie. Après une suite étendue de McLean sur la face 1, la seconde moitié du programme présentait deux compositions de Coleman.

New York Is Now! (1968)

Love Call (1968)

Les 29 avril et 7 mai 1968, Coleman a réuni en studio un quartet dynamique avec le saxophoniste ténor Dewey Redman, le bassiste Jimmy Garrison et le batteur Elvin Jones pour enregistrer ce qui allait devenir ses deux derniers albums pour Blue Note. L'alchimie de ce groupe, qui combine pour la première fois le duo de deux saxophones de Coleman avec une équipe rythmique profondément associée à John Coltrane, produit des résultats passionnants.


SUGGESTION